Translate

Météo

MeteoMedia

31 mars 2011

Système nerveux et sensoriel


Photo gracieuseté de Nathalie et Melissa


Système nerveux et sensoriel
(synthèse du CEMEQ + des extras)
Type de tissu nerveux :
-         le neurone
-         la névroglie
Neurone - unité fonctionnelle du système nerveux
 - se compose de 3 grandes parties : - les dendrites – récepteur du message et l’envoie au corps
                                                                                 cell.
                                                         - le corps cellulaire- renferme un noyau volumineux
                                                         - l’axone – transmet l’IN (la partie conductrice)
La gaine de myéline : subst. lipidique blanchâtre produite par des cell. Gliales (névroglie)
La gaine de Schwann :  - la couche la + externe de l’emballage de l’axone
                                  - ont comme rôles : - forment les gaines de myéline autour de l’axone
                                                                  - favorisent la régénération des axones lésés    
                                                                  - stimulent la repousse de l’axone
Les Nœuds de Ranvier : ils accroîtrent la vitesse de conduction de l’IN permettant a l’IN de sauter d’un nœud à l’autre.
Les terminaisons axonales (arborisation terminale) : nombreuses ramifications
Les boutons synaptiques (boutons terminaux) : sont les extrémités des terminaisons axonales et ils ont comme rôle : - permettent la transmission de l’IN d’un neurone à l’autre
-         permettent la transmission de l’IN d’un neurone aux tissus musculaires (ou glandulaires)
-         permettent la libération de neurotransmetteurs
Les neurotransmetteurs : - sont des subst. chimiques emmagasinées ds. les vésicules synaptiques des boutons terminaux.
                                            - rôle : - aident ou entravent la transmission de l’IN d’un neurone à l’autre

Propriétés physiologiques du neurone :

-         excitabilité : - faculté de réagir sous l’influence d’un stimulus mécanique, chimique, thermique
                                  ou électrique qui fait naître l’influx nerveux
-         conductibilité : - la faculté de transmettre l’IN, influencé par : - la température la chaleur ↑ la
                                   transmission et le froid la ↓
                                 - le diamètre de l’axone en général : + grand le diamètre à + la vitesse est rapide
                                 - la présence de la gaine de myéline : si présente elle empêche la perte de l’IN et ↑
                                                                                         la vitesse
                                       - la présence des nœuds de Ranvier : l’IN saute d’un nœud à l’autre àdonc la vitesse ↑
      -    polarisation : la transmission de l’IN dans un seul sens : du dendrite à corps cellulaire à axone à                  
                                   terminaisons axonales.

Type de neurones :
  • sensitifs (AFFÉRENTS) – transmettent l’information sensorielle provenant des récepteurs (organes de sens, viscères) vers le SNC
  • d’association (INTERNEURONES) – transmettent l’IN d’un neurone sensitif à un neurone moteur
  • moteurs (EFFÉRENTS) – transmettent l’information du SNC aux effecteurs (muscles, cellules glandulaires)

La Névroglie : - composée des cellules gliales  
                   - rôle : - soutien
                               - protection
                               - transfert des nutriments du sang à neurones
                               - élimination des déchets
                               - maintient l’homéostasie du liquide interstitiel
La transmission nerveuse se fait par : la synapse : est la jonction entre l’arborisation terminale d’un neurone et les dendrites d’un autre neurone
Les neurotransmetteurs : sont des substances chimiques libérées par un neurone au niveau de l’arborisation terminale qui modifie l’activité d’une autre cellule.
Arc réflexe :
Facteurs influençant la transmission nerveuse :
-         certains médicaments : hypnotiques, tranquillisants, analgésiques, anesthésiques, antidépresseurs  
-         certaines maladies
-         la prise de drogues, caféine, nicotine
-         la pression excessive sur un nerf
-         la température

SNC
1)      Encéphale : - le cerveau: - hémisphères : - droit - régit le coté gauche du corps
                                                                                             - relié a l’appréciation musicale et
                                                                                               artistique, la perception de l’espace et
                                                                                               des objets, imagination et production des 
                                                                                                images mentales
                                                                                             - reconnaissance des visages et la
                                                                                               compréhension du langage
                                                                               - gauche - régit le coté droit du corps
                                                                                              - habiletés numériques et scientifiques
                                                                                              - langage oral et écrit
                                                                                              - raisonnement
                                               - lobes : - frontal
                                                            - temporal
                                                            - pariétal
                                                            - occipital
                                              - scissures : - de Rolando : sépare le lobe frontal du lobe pariétal
                                                                  - de Sylvius – sépare le lobe frontal du lobe temporal
                                                                  - interhémisphérique – sépare hémisphère droit de l’hémisphère gauche
                                               - corps calleux – relie les deux hémisphères
                                               - rôles : - reçoit et interprète les influx sensitifs = sensibilité consciente
                                                            - règle l’activité motrice = motricité volontaire
                                                            - fournit des infos sur la position du corps
                                                            - est le siège de l’intelligence, du langage, du jugement, de la mémoire et de la volonté
                                                            - adopte le comportement approprié en rapport avec les situations.
                          - le cervelet - en forme de papillon = hémisphères cérébelleux réunis par le vermis
                                              - rôles : - coordonne l’activité des muscles squelettiques
                                                           - assure la précision des mouvements complexes
                                                           - assure le maintien de l’équilibre, du tonus musculaire et de la posture
                          - le tronc cérébral -  bulbe rachidien - donne naissance a plusieurs nerfs crâniens
                                                                                      -  contrôle activités réflexes de la vie
                                                                                          végétative
                                                                                      -  relaie les IN afférents et afférents entre
                                                                                         ME et l’encéphale
                                                         -  pont de varole : - avec le bulbe contrôle la respiration
                                                                                         - donne naissance a plusieurs nerfs crâniens
                                                       - mésencéphale – départ/ arrivé des nerfs crâniens  
                          - le diencéphale : - Thalamus -  relais des infos sensitives (sauf olfactives)
                                                                           -  centre d’interprétation de la DLR, T۫, toucher et vibration
                                                                           -  rôle ds. la mémoire, conscience et acquisition
                                                                               des connaissances
                                                        - Hypothalamus - centre de la homéostasie
                                                                                    - régulateur des activités viscérales
                                                                                      (fréquence cardiaque, mouvement
                                                                                       tube digestif, contraction de la vessie)
                                                                                    - gestion des émotions (colère, agressivité,
                                                                                      dlr, plaisir)
                                                                                    - régularise la T۫,
                                                        - Epithalamus -  intervient dans le sommeil 
                                                                                 -  horloge biologique humaine
                                                        -  Subthalamusrégularise les mouvements avec le cerveau et
                                                                                     le cervelet
2) Moelle épinière : - est le prolongement du bulbe rachidien
                                  - rôles : - conduit les IN de la périphérie à l’encéphale
                                               - conduit l’influx moteurs de l’encéphale à la périphérie
                                               - déclenche plusieurs réflexes : - étirement musculaire
                                                                                                  - rotulien
                                                                                                  - plantaire
                                                                                                  - flexion
                                                                                                  - extension
3) Méninges : - dure-mère – membrane plus épaisse et plus externe
                                            - est séparée du canal vertébral par l’espace épidural                                                     inflammation
                        - arachnoïde - en dessous de la dure-mère est séparée par l’espace sous-dural                                    s’appelle
                        - pie-mère  - est la plus interne, adhère à la ME et à l’encéphale
                                           - vascularisée nourrit en O2 et nutriments les tissus nerveux
                                           - séparée de l’arachnoïde par l’espace sous-arachnoïdien-ici circule le LCR
LCR -  liquide clair sécrété par les plexus choroïdes
   -  Rôles : - protection de ME et l’encéphale
                   - transmission de IN par sa composition chimique
                   - milieu d’échange de nutriments et des déchets 
SNP
-          qui ? : - nerfs crâniens – 12 paires
                 - nerfs rachidiens – 31 paires
                 - ganglions
                 - récepteurs sensoriels
- type : - selon : - leur situation : - extérocepteurs – l’environnement
                                                    - intérocepteurs – milieu interne
                                                           - propriocepteurs – position du corps, tonus musc., mouv. des articulations
                                - type stimulus : - mécanorecépteurs - - position mécanique / l’étirement
                                                           - thermorécepteurs – variation de T۫
                                                           - nocicepteurs – sensation de dlr.
                                                           - photorécepteurs – lumière
                                                           - chimoiorecepteurs – subst. chimiques
Organisation du SNP :
      -      SN Somatique – activités volontaires
-           SN Autonome – types : - Sympathique – prépare l’organisme faire face à une activité physique intense 
                                                                            ou à mobiliser de l’énergie en cas de stress (l’ours polaire!!!)
                                                - Parasympathique – ramène les fonctions corporelles à la normale suite a un stress
-     SN Entérique -  ‘le cerveau de l’intestin’ – activités involontaires
Système nerveux central
Le système nerveux central est composé de cellules nerveuses hautement spécialisées appelées neurones. Les cellules nerveuses établissent entre elles des connexions, les synapses. Le message nerveux est acheminé par des fibres afférentes de la moelle épinière jusqu'au cerveau, les axones qui les constituent sont généralement entourés d'une substance blanche appelée gaine de myéline. Cette gaine est générée par les cellules de Schwann dans le système nerveux périphérique et par les oligodendrocytes dans le système nerveux central.

Chez l'humain, il comprend :
  • l'encéphale dans la boîte crânienne, constitué par :
    • le cerveau (ou prosencéphale), lui-même constitué du télencéphale et du diencéphale (partie la plus "centrale")
    • le tronc cérébral que l'on peut diviser de haut en bas en trois parties : le mésencéphale, le pont de Varole (ou protubérance annulaire) et la medulla oblongata (ou bulbe rachidien)
    • le cervelet
  • la moelle épinière (ou moelle spinale) dans le canal vertébral.

Le tronc cérébral a une position plutôt centrale ; il est en continuité avec à la fois le cerveau en haut et en avant, le cervelet en arrière et la moelle épinière en bas.

Le liquide céphalorachidien ou liquide cérébro spinal

Le névraxe contient du liquide céphalorachidien (LCR) dans plusieurs cavités, qui sont en continuité.
  • L'encéphale contient du LCR dans son système ventriculaire
  • La moelle épinière contient du LCR dans son canal central, le canal de l'épendyme.
Le névraxe est également entouré du LCR contenu dans la boîte crânienne et le canal vertébral.
Télencéphale et diencéphale donnent le cerveau. Le mésencéphale donne la partie du tronc cérébral de même nom. Le métencéphale est à l'origine de la protubérance et du cervelet. Enfin, le myélencéphale donne le bulbe.
Divisions embryologiquesDivisions anatomiques
EncéphaleProsencéphaleTélencéphaleCerveau
Diencéphale
MésencéphaleMésencéphaleTronc cérébral
RhombencéphaleMétencéphaleProtubérance annulaire
CerveletCervelet
MyélencéphaleBulbe rachidienTronc cérébral
Moelle spinaleMoelle spinale

La moelle épinière, quant à elle, s'allonge progressivement.

Tronc cérébralLe tronc cérébral appartient au système nerveux central, et plus particulièrement à l'encéphale. Il est situé dans la fosse postérieure du crâne, sous le cerveau, en avant du cervelet et au-dessus de la moelle épinière. C'est également le lieu d'émergence de neuf des douze paires de nerfs crâniens.
Le tronc cérébral est oblique en haut et en avant, et se compose de haut en bas
  • du mésencéphale ou pédoncule cérébral (Le mésencéphale, le cerveau « moyen », est une région du tronc cérébral reliée au cerveau, situé entre la protubérance (ou pont) en bas et le diencéphale en haut. )
  • du pont de Varole, ou protubérance annulaire (Le pont (nouvelle nomenclature) ou pont de Varole (ou encore protubérance annulaire) est la partie centrale et renflée du tronc cérébral située entre le mésencéphale et le myélencéphale (comprenant le bulbe rachidien et la lame vasculaire). Au sein du système nerveux central, le pont joue un rôle important dans la motricité notamment par sa position de relais entre le cerveau et le cervelet mais contribue aussi à la sensibilité du visage et aux fonctions autonomes.)
  • du bulbe rachidien ou moelle allongée (Le bulbe rachidien (ou medulla oblongata, ou myélencéphale, ou moelle allongée) est la partie inférieure du tronc cérébral (la plus caudale) chez les vertébrés. Elle prolonge en haut la moelle épinière et se situe en avant du cervelet dans la fosse postérieure du crane. Elle est en continuité en haut avec la protubérance.)
Le tronc cérébral est responsable de plusieurs fonctions dont la régulation de la respiration et du rythme cardiaque, la localisation des sons, etc. C'est également un centre de passage des voies motrices et sensitives, ainsi qu'un centre de contrôle de la douleur.

Rôles des parties du SNC

Cerveau – cognition
Cervelet – équilibre
Tronc cérébral : - le bulbe cérébral  – réflexes végétatives
                             - le pont de Varole – respiration (avec le bulbe cérébral)
                             - le mésencéphale – départ/arrivée des n. crâniens
Diencéphale : - Thalamus - interprète dlr., T۫, toucher et vibration
                                           - relaie infos sensitives
                                           - émotions
                        - Hypothalamus - homéostasie
                                                   - régularise T۫
                                                   - cycle quotidien du sommeil
                        - Epithalamus -  intervient ds. le sommeil
                                               -  horloge biologique humaine
                        - Subthalamus - régularise les mouvements

30 mars 2011

Le ZONA Zoster

Le zona est une dermatose virale fréquente, due au virus de l'herpès zoster, le même virus que la varicelle.
L'adjectif s'y rapportant est zostérien.


Herpes zoster neck.pngL'affection se complique essentiellement de douleurs qui peuvent devenir chroniques et invalidantes par névrite post-zostérienne.
Étiologie
L'incidence annuelle est comprise entre 1,5 et 4 nouveaux cas pour mille. Elle est beaucoup plus fréquente chez la personne âgée ainsi que chez le patient immunodéprimé (dont SIDA). La surveillance de l'évolution de l'incidence en France est effectuée par le réseau Sentinelles de l'Inserm.
La fréquence des douleurs post-zostériennes atteint près de 40 % chez la personne âgée
Physiopathologie
Le virus VZV, après la guérison de la varicelle, reste quiescent dans les ganglions nerveux, sans s'intégrer aux chromosomes hôtes. Le plus souvent à l'occasion d'une baisse de l'immunité (âge avancé, mononucléose, simple stress, SIDA déclaré, certains cancers, etc.), le virus se réactive dans un ou plusieurs ganglions nerveux. De là, il remonte par les fibres nerveuses jusqu'à la peau (ou les muqueuses selon les nerfs touchés), provoquant une éruption caractéristique de la varicelle. Cependant, à la différence de la varicelle, la topographie de l'éruption est limitée aux métamères des ganglions dans lesquels le virus s'est réactivé (c’est-à-dire dans une région de peau et/ou de muqueuse bien caractéristique, correspondant au territoire d'innervation du ou des nerfs correspondant aux ganglions nerveux infectés).
Les lésions microscopiques au niveau de la peau sont identiques à celles de la varicelle (présences de cellules géantes multinucléées avec infiltration de mononucléaires). Le diagnostic étant habituellement aisé, une analyse histologique n'est en général pas nécessaire
Signes cliniques
Les trois principales formes de zona sont la forme intercostale, notable par sa fréquence, et les formes ophtalmique et otitique, remarquables par le risque important de complications.

Formes habituelles[modifier]

Contrairement à la varicelle où le prurit est prédominant, le zona est plus souvent marqué par des douleurs, pouvant même se montrer invalidantes dans les territoires atteints (territoire radiculaire), même après la guérison : on parle alors de douleurs post zostériennes, qui sont à classer dans les douleurs de type neurologique (douleur de désafférentation). Les douleurs sont aussi décrites comme une sensation de brûlure.
Tout comme pour la varicelle, les lésions apparaissent par poussées successives, mais limitées au territoire sensitif touché (topographie radiculaire dans le territoire du ganglion sensitif où la réactivation du virus s'est produite) : il en résulte ainsi des lésions d'âges différents, mélangeant ainsi des microvésicules, vésicules et pustules avec des croûtes sur des placards érythémateux. Ces vésicules ont des parois flasques et se remplissent d'un liquide purulent. Les croûtes tombent au bout de sept jours.
Le cas le plus fréquent est celui du zona intercostal, qui correspond à la réactivation du VZV au niveau d'un ganglion sensitif d'un nerf intercostal. Il arrive que plusieurs racines nerveuses soient touchées simultanément. Citons aussi les territoires abdomino-lombaires et pelviens, ainsi que la région cervicale (territoire d'Arnold, C2 et C3) comme régulièrement touchés, avec palpation d'adénopathies satellites.

Zona ophtalmique[modifier]

Il représente environ 10 % des zonas. Le zona ophtalmique, en absence de soins, peut altérer la qualité de la vue en raison de l'atteinte de la cornée. La réactivation du virus a lieu au niveau du ganglion de Gasser et atteint le territoire sensitif de la branche V1 du nerf trijumeau, correspondant au nerf ophtalmique. L'éruption touche le front, le pourtour de l'œil (annexes de l'œil, paupières…) et la cornée, de façon unilatérale. L'atteinte cornéenne n'est pas visible par un examen direct, et nécessite un examen par lampe à fente et instillation d'un produit de coloration à la lumière bleue. Le diagnostic différentiel peut-être une atteinte herpétique, un érysipèle, une dacryocystite, un eczéma de paupière…
Les principales complications du zona ophtalmique sont :
  • la kératite (25 à 30 % des cas), dont la forme compliquée évolue vers l'opacification, la perforation et l'anesthésie de la cornée
  • l'uvéite, c'est-à-dire une atteinte de l'iris, pouvant se compliquer en glaucome
  • les atteintes de la rétine ou du nerf optique pouvant se compliquer en une baisse de l'acuité visuelle, voire en une cécité monoculaire
  • une névrite optique
  • une surinfection
Le traitement de cette forme de zona.

Zona otitique[modifier]

C'est une forme très particulière, due à la réactivation du VZV dans le ganglion géniculé et qui touche par conséquent le nerf facial (VIIe paire crânienne), un nerf essentiellement moteur avec donc un risque de paralysie faciale. Ce type de zona débute généralement par une douleur dans la région d'une oreille puis une éruption, inconstante, se produit dans le conduit auditif externe (correspondant à la zone de Ramsay-Hunt (seul territoire d'innervation sensitive cutanée du nerf facial). Il peut par ailleurs exister des acouphènes (perception de sons qui n'ont pas d'existence réelle) et des vertiges, ainsi qu'une baisse de l'audition. La classique paralysie faciale peut survenir dès le stade douloureux ou dans les jours suivant l'éruption, avec un risque de persistance, plus ou moins importante.
Le traitement de cette forme de zona.

Complications[modifier]

La majorité des atteintes par le zona sont tout à fait banales et guérissent spontanément, mais contrairement à la varicelle, le corps ne peut s'immuniser contre les récurrences sous forme de zona et la complication la plus fréquente est donc tout simplement la récidive (qui est cependant loin d'être systématique).
Il peut cependant survenir des complications plus ou moins graves, dans l'immédiat ou ultérieurement.

Complications de la phase aiguë[modifier]

  • douleurs intenses,
  • surinfection locale (impétiginisation) et générale,
  • nécrose de la peau,
  • zona extensif chez l'immunodéprimé : l'éruption est plus accentuée avec des lésions bulleuses hémorragiques et nécrotiques, durée et étendue de l'éruption plus importantes. Les zonas ophtalmiques sont plus fréquents. Il existe parfois une dissémination au niveau des organes profonds, responsable d'une mortalité de 10 %.

Complications à distance[modifier]

  • douleurs post-zostériennes,
  • cicatrices inesthétiques,
  • baisse de l'acuité visuelle ou cécité (dans les suites d'un zona ophtalmique).
  • À la phase aiguë[modifier] Des sensations de brûlure peuvent apparaître.

    Traitement symptomatique[modifier]

    Le traitement du zona est en général purement symptomatique :

    Traitement antiviral, réservé à des cas particuliers[modifier]

    Le traitement antiviral, qui agit directement sur l'agent infectieux responsable du zona, est en théorie réservé aux cas pour lesquels des complications sont à craindre. Cela concerne donc essentiellement les patients immunodéprimés et la forme ophtalmique du zona.
    Quand il est indiqué, le traitement doit être mis en route le plus précocement possible.
    Les molécules disponibles susceptibles d'êtres actives sur le VZV sont l'aciclovir (Zovirax®), le valaciclovir (Zelitrex®) et le famciclovir (Oravir®).
    Chez le patient immunodéprimé[modifier]
    Le traitement antiviral est systématique, faisant classiquement appel à l'aciclovir par voie intraveineuse, au minimum une semaine. Le valaciclovir et le famciclovir par voie orale sont parfois utilisés.
    L'efficacité du traitement étant plus marquée s'il est débuté dans les trois premiers jours, l'idéal serait qu'un patient immunodéprimé connaisse les premiers signes d'apparition du zona, afin de démarrer le traitement le plus précocement possible.
    Traitement du zona ophtalmique[modifier]
    Le traitement antiviral est systématique. L'aciclovir ou le valaciclovir, utilisés par voie orale sur une durée d'au moins une semaine, sont indiqués pour éviter les complications oculaires.
    Le zona ophtalmique doit être systématiquement pris en charge en urgence par un spécialiste, qui jugera de l'opportunité de traitement complémentaire (aciclovir en pommade opthalmique, corticothérapie locale et/ou générale) selon le type d'atteinte oculaire.
    Les corticoïdes sont formellement contre-indiqués car susceptible de provoquer une flambée de la maladie.
    Traitement du zona otitique[modifier]
    Là encore, du fait du risque de persistance d'une paralysie faciale, le traitement antiviral est systématique. Malgré ce traitement, le risque persiste cependant. À noter que la corticothérapie est contre-indiquée pour certains en début de traitement[3].
    Chez le patient immunocompétent[modifier]
    Le traitement antiviral est proposé aux sujets de plus de 50 ans, pour prévenir les douleurs post zostériennes plus fréquentes à partir de cet âge. Il fait appel au valaciclovir ou au famciclovir par voie orale pendant 7 jours.
    Chez l'adulte de moins de 50 ans, et dans le même but, certains proposent aussi le même traitement en cas d'éruption très floride, ou de douleurs intenses lors de la phase prodromique ou de la phase éruptive. En France, le traitement antiviral du zona chez les sujets immunocompétents de moins de 50 ans ne fait pas l'objet d'une prise en charge par l'Assurance maladie.

    À distance : problème des douleurs post zostériennes[modifier]

    Les principales molécules utilisées, outre les antalgiques usuels, sont l'amitriptyline (Laroxyl® Elavil®), la gabapentine (Neurontin®) et la carbamazépine (Tegretol®). L'amitriptyline entraine une diminution de moitié de l'intensité des douleurs chez 50% des patients, avec une moindre fréquence des paroxysmes douloureux.
    Il existe aussi des traitements faisant appel à des techniques physiques, comme la neurostimulation transcutanée, ou l'injection intrathécale hebdomadaire de méthylprednisolone + lidocaïne.

    Prévention[modifier]

    Le vaccin habituel contre la varicelle chez le nourrisson n'a pas démontré actuellement une efficacité sur la prévention du zona (essentiellement en raison du manque de recul, la vaccination ayant lieu dans l'enfance et le zona survenant après la soixantaine).
    Un vaccin contre le zona, plus fortement dosé et proche de celui utilisé pour les enfants contre la varicelle, est en cours de développement. Destiné à être injecté chez la personne âgée, il permet de diminuer de près de 50 % le risque de développer un zona, et de 65 % la survenue des douleurs post-zostériennes[4]. Cette efficacité diminue cependant avec l'âge.
    La vaccination n'est logiquement pas recommandée chez la personne immunodéprimée, alors que le risque d'infection par le virus est réel. En cas de greffe de moelle ou chez les malades du sida, l'aciclovir en traitement continue est une prévention possible et démontrée.

    Contagiosité[modifier]

    Étant donné que les vésicules et les croûtes du zona, de la même façon que celles de la varicelle, contiennent le VZV, il existe un risque contagieux pour les personnes non immunisées (c’est-à-dire celles qui n'ont jamais contracté la varicelle et non vaccinés) : ces personnes peuvent alors développer une varicelle (et non un zona qui est une réactivation interne d'une varicelle ancienne). Pour un malade atteint du zona, les personnes à éviter sont donc les très jeunes enfants et les femmes enceintes, ainsi que les personnes immuno-déprimées chez qui une varicelle pourrait avoir de graves conséquences.

    Notes et références

    1. a et b DW Kimberlin, RJ Whitley, Varicella–zoster vaccine for the prevention of herpes zoster [archive], New Eng J Med, 2007;356:1338-1343
    2. Voir la « 11ème conférence de consensus en thérapeutique anti infectieuse de la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française (SPILF) : Prise en charge des infections à VZV » [archive] : Méd Mal Infect. 1998 ; 28: 1-8
    3. « Neurologie » par Nicolas Danziger et Sonia Alamowitch ; collection Med-Line.
    4. MN Oxman, MJ Levin , GR Johnson et al. A vaccine to prevent herpes zoster and postherpetic neuralgia in older adults [archive], N Engl J Med 2005;352:2271-2284

Système nerveux et sensoriel


Photo gracieuseté de Nathalie et Melissa


Système nerveux et sensoriel
(synthèse du CEMEQ + des extras)
Type de tissu nerveux :
-         le neurone
-         la névroglie
Neurone - unité fonctionnelle du système nerveux
 - se compose de 3 grandes parties : - les dendrites – récepteur du message et l’envoie au corps
                                                                                 cell.
                                                         - le corps cellulaire- renferme un noyau volumineux
                                                         - l’axone – transmet l’IN (la partie conductrice)
La gaine de myéline : subst. lipidique blanchâtre produite par des cell. Gliales (névroglie)
La gaine de Schwann :  - la couche la + externe de l’emballage de l’axone
                                  - ont comme rôles : - forment les gaines de myéline autour de l’axone
                                                                  - favorisent la régénération des axones lésés    
                                                                  - stimulent la repousse de l’axone
Les Nœuds de Ranvier : ils accroîtrent la vitesse de conduction de l’IN permettant a l’IN de sauter d’un nœud à l’autre.
Les terminaisons axonales (arborisation terminale) : nombreuses ramifications
Les boutons synaptiques (boutons terminaux) : sont les extrémités des terminaisons axonales et ils ont comme rôle : - permettent la transmission de l’IN d’un neurone à l’autre
-         permettent la transmission de l’IN d’un neurone aux tissus musculaires (ou glandulaires)
-         permettent la libération de neurotransmetteurs
Les neurotransmetteurs : - sont des subst. chimiques emmagasinées ds. les vésicules synaptiques des boutons terminaux.
                                            - rôle : - aident ou entravent la transmission de l’IN d’un neurone à l’autre

Propriétés physiologiques du neurone :

-         excitabilité : - faculté de réagir sous l’influence d’un stimulus mécanique, chimique, thermique
                                  ou électrique qui fait naître l’influx nerveux
-         conductibilité : - la faculté de transmettre l’IN, influencé par : - la température la chaleur ↑ la
                                   transmission et le froid la ↓
                                 - le diamètre de l’axone en général : + grand le diamètre à + la vitesse est rapide
                                 - la présence de la gaine de myéline : si présente elle empêche la perte de l’IN et ↑
                                                                                         la vitesse
                                       - la présence des nœuds de Ranvier : l’IN saute d’un nœud à l’autre àdonc la vitesse ↑
      -    polarisation : la transmission de l’IN dans un seul sens : du dendrite à corps cellulaire à axone à                  
                                   terminaisons axonales.

Type de neurones :
  • sensitifs (AFFÉRENTS) – transmettent l’information sensorielle provenant des récepteurs (organes de sens, viscères) vers le SNC
  • d’association (INTERNEURONES) – transmettent l’IN d’un neurone sensitif à un neurone moteur
  • moteurs (EFFÉRENTS) – transmettent l’information du SNC aux effecteurs (muscles, cellules glandulaires)

La Névroglie : - composée des cellules gliales  
                   - rôle : - soutien
                               - protection
                               - transfert des nutriments du sang à neurones
                               - élimination des déchets
                               - maintient l’homéostasie du liquide interstitiel
La transmission nerveuse se fait par : la synapse : est la jonction entre l’arborisation terminale d’un neurone et les dendrites d’un autre neurone
Les neurotransmetteurs : sont des substances chimiques libérées par un neurone au niveau de l’arborisation terminale qui modifie l’activité d’une autre cellule.
Arc réflexe :
Facteurs influençant la transmission nerveuse :
-         certains médicaments : hypnotiques, tranquillisants, analgésiques, anesthésiques, antidépresseurs  
-         certaines maladies
-         la prise de drogues, caféine, nicotine
-         la pression excessive sur un nerf
-         la température

SNC
1)      Encéphale : - le cerveau: - hémisphères : - droit - régit le coté gauche du corps
                                                                                             - relié a l’appréciation musicale et
                                                                                               artistique, la perception de l’espace et
                                                                                               des objets, imagination et production des 
                                                                                                images mentales
                                                                                             - reconnaissance des visages et la
                                                                                               compréhension du langage
                                                                               - gauche - régit le coté droit du corps
                                                                                              - habiletés numériques et scientifiques
                                                                                              - langage oral et écrit
                                                                                              - raisonnement
                                               - lobes : - frontal
                                                            - temporal
                                                            - pariétal
                                                            - occipital
                                              - scissures : - de Rolando : sépare le lobe frontal du lobe pariétal
                                                                  - de Sylvius – sépare le lobe frontal du lobe temporal
                                                                  - interhémisphérique – sépare hémisphère droit de l’hémisphère gauche
                                               - corps calleux – relie les deux hémisphères
                                               - rôles : - reçoit et interprète les influx sensitifs = sensibilité consciente
                                                            - règle l’activité motrice = motricité volontaire
                                                            - fournit des infos sur la position du corps
                                                            - est le siège de l’intelligence, du langage, du jugement, de la mémoire et de la volonté
                                                            - adopte le comportement approprié en rapport avec les situations.
                          - le cervelet - en forme de papillon = hémisphères cérébelleux réunis par le vermis
                                              - rôles : - coordonne l’activité des muscles squelettiques
                                                           - assure la précision des mouvements complexes
                                                           - assure le maintien de l’équilibre, du tonus musculaire et de la posture
                          - le tronc cérébral -  bulbe rachidien - donne naissance a plusieurs nerfs crâniens
                                                                                      -  contrôle activités réflexes de la vie
                                                                                          végétative
                                                                                      -  relaie les IN afférents et afférents entre
                                                                                         ME et l’encéphale
                                                         -  pont de varole : - avec le bulbe contrôle la respiration
                                                                                         - donne naissance a plusieurs nerfs crâniens
                                                       - mésencéphale – départ/ arrivé des nerfs crâniens  
                          - le diencéphale : - Thalamus -  relais des infos sensitives (sauf olfactives)
                                                                           -  centre d’interprétation de la DLR, T۫, toucher et vibration
                                                                           -  rôle ds. la mémoire, conscience et acquisition
                                                                               des connaissances
                                                        - Hypothalamus - centre de la homéostasie
                                                                                    - régulateur des activités viscérales
                                                                                      (fréquence cardiaque, mouvement
                                                                                       tube digestif, contraction de la vessie)
                                                                                    - gestion des émotions (colère, agressivité,
                                                                                      dlr, plaisir)
                                                                                    - régularise la T۫,
                                                        - Epithalamus -  intervient dans le sommeil 
                                                                                 -  horloge biologique humaine
                                                        -  Subthalamusrégularise les mouvements avec le cerveau et
                                                                                     le cervelet
2) Moelle épinière : - est le prolongement du bulbe rachidien
                                  - rôles : - conduit les IN de la périphérie à l’encéphale
                                               - conduit l’influx moteurs de l’encéphale à la périphérie
                                               - déclenche plusieurs réflexes : - étirement musculaire
                                                                                                  - rotulien
                                                                                                  - plantaire
                                                                                                  - flexion
                                                                                                  - extension
3) Méninges : - dure-mère – membrane plus épaisse et plus externe
                                            - est séparée du canal vertébral par l’espace épidural                                                     inflammation
                        - arachnoïde - en dessous de la dure-mère est séparée par l’espace sous-dural                                    s’appelle
                        - pie-mère  - est la plus interne, adhère à la ME et à l’encéphale
                                           - vascularisée nourrit en O2 et nutriments les tissus nerveux
                                           - séparée de l’arachnoïde par l’espace sous-arachnoïdien-ici circule le LCR
LCR -  liquide clair sécrété par les plexus choroïdes
   -  Rôles : - protection de ME et l’encéphale
                   - transmission de IN par sa composition chimique
                   - milieu d’échange de nutriments et des déchets 
SNP
-          qui ? : - nerfs crâniens – 12 paires
                 - nerfs rachidiens – 31 paires
                 - ganglions
                 - récepteurs sensoriels
- type : - selon : - leur situation : - extérocepteurs – l’environnement
                                                    - intérocepteurs – milieu interne
                                                           - propriocepteurs – position du corps, tonus musc., mouv. des articulations
                                - type stimulus : - mécanorecépteurs - - position mécanique / l’étirement
                                                           - thermorécepteurs – variation de T۫
                                                           - nocicepteurs – sensation de dlr.
                                                           - photorécepteurs – lumière
                                                           - chimoiorecepteurs – subst. chimiques
Organisation du SNP :
      -      SN Somatique – activités volontaires
-           SN Autonome – types : - Sympathique – prépare l’organisme faire face à une activité physique intense 
                                                                            ou à mobiliser de l’énergie en cas de stress (l’ours polaire!!!)
                                                - Parasympathique – ramène les fonctions corporelles à la normale suite a un stress
-     SN Entérique -  ‘le cerveau de l’intestin’ – activités involontaires
Système nerveux central
Le système nerveux central est composé de cellules nerveuses hautement spécialisées appelées neurones. Les cellules nerveuses établissent entre elles des connexions, les synapses. Le message nerveux est acheminé par des fibres afférentes de la moelle épinière jusqu'au cerveau, les axones qui les constituent sont généralement entourés d'une substance blanche appelée gaine de myéline. Cette gaine est générée par les cellules de Schwann dans le système nerveux périphérique et par les oligodendrocytes dans le système nerveux central.

Chez l'humain, il comprend :
  • l'encéphale dans la boîte crânienne, constitué par :
    • le cerveau (ou prosencéphale), lui-même constitué du télencéphale et du diencéphale (partie la plus "centrale")
    • le tronc cérébral que l'on peut diviser de haut en bas en trois parties : le mésencéphale, le pont de Varole (ou protubérance annulaire) et la medulla oblongata (ou bulbe rachidien)
    • le cervelet
  • la moelle épinière (ou moelle spinale) dans le canal vertébral.

Le tronc cérébral a une position plutôt centrale ; il est en continuité avec à la fois le cerveau en haut et en avant, le cervelet en arrière et la moelle épinière en bas.

Le liquide céphalorachidien ou liquide cérébro spinal

Le névraxe contient du liquide céphalorachidien (LCR) dans plusieurs cavités, qui sont en continuité.
  • L'encéphale contient du LCR dans son système ventriculaire
  • La moelle épinière contient du LCR dans son canal central, le canal de l'épendyme.
Le névraxe est également entouré du LCR contenu dans la boîte crânienne et le canal vertébral.
Télencéphale et diencéphale donnent le cerveau. Le mésencéphale donne la partie du tronc cérébral de même nom. Le métencéphale est à l'origine de la protubérance et du cervelet. Enfin, le myélencéphale donne le bulbe.
Divisions embryologiquesDivisions anatomiques
EncéphaleProsencéphaleTélencéphaleCerveau
Diencéphale
MésencéphaleMésencéphaleTronc cérébral
RhombencéphaleMétencéphaleProtubérance annulaire
CerveletCervelet
MyélencéphaleBulbe rachidienTronc cérébral
Moelle spinaleMoelle spinale

La moelle épinière, quant à elle, s'allonge progressivement.

Tronc cérébralLe tronc cérébral appartient au système nerveux central, et plus particulièrement à l'encéphale. Il est situé dans la fosse postérieure du crâne, sous le cerveau, en avant du cervelet et au-dessus de la moelle épinière. C'est également le lieu d'émergence de neuf des douze paires de nerfs crâniens.
Le tronc cérébral est oblique en haut et en avant, et se compose de haut en bas
  • du mésencéphale ou pédoncule cérébral (Le mésencéphale, le cerveau « moyen », est une région du tronc cérébral reliée au cerveau, situé entre la protubérance (ou pont) en bas et le diencéphale en haut. )
  • du pont de Varole, ou protubérance annulaire (Le pont (nouvelle nomenclature) ou pont de Varole (ou encore protubérance annulaire) est la partie centrale et renflée du tronc cérébral située entre le mésencéphale et le myélencéphale (comprenant le bulbe rachidien et la lame vasculaire). Au sein du système nerveux central, le pont joue un rôle important dans la motricité notamment par sa position de relais entre le cerveau et le cervelet mais contribue aussi à la sensibilité du visage et aux fonctions autonomes.)
  • du bulbe rachidien ou moelle allongée (Le bulbe rachidien (ou medulla oblongata, ou myélencéphale, ou moelle allongée) est la partie inférieure du tronc cérébral (la plus caudale) chez les vertébrés. Elle prolonge en haut la moelle épinière et se situe en avant du cervelet dans la fosse postérieure du crane. Elle est en continuité en haut avec la protubérance.)
Le tronc cérébral est responsable de plusieurs fonctions dont la régulation de la respiration et du rythme cardiaque, la localisation des sons, etc. C'est également un centre de passage des voies motrices et sensitives, ainsi qu'un centre de contrôle de la douleur.

Rôles des parties du SNC

Cerveau – cognition
Cervelet – équilibre
Tronc cérébral : - le bulbe cérébral  – réflexes végétatives
                             - le pont de Varole – respiration (avec le bulbe cérébral)
                             - le mésencéphale – départ/arrivée des n. crâniens
Diencéphale : - Thalamus - interprète dlr., T۫, toucher et vibration
                                           - relaie infos sensitives
                                           - émotions
                        - Hypothalamus - homéostasie
                                                   - régularise T۫
                                                   - cycle quotidien du sommeil
                        - Epithalamus -  intervient ds. le sommeil
                                               -  horloge biologique humaine
                        - Subthalamus - régularise les mouvements

Le ZONA Zoster

Le zona est une dermatose virale fréquente, due au virus de l'herpès zoster, le même virus que la varicelle.
L'adjectif s'y rapportant est zostérien.


Herpes zoster neck.pngL'affection se complique essentiellement de douleurs qui peuvent devenir chroniques et invalidantes par névrite post-zostérienne.
Étiologie
L'incidence annuelle est comprise entre 1,5 et 4 nouveaux cas pour mille. Elle est beaucoup plus fréquente chez la personne âgée ainsi que chez le patient immunodéprimé (dont SIDA). La surveillance de l'évolution de l'incidence en France est effectuée par le réseau Sentinelles de l'Inserm.
La fréquence des douleurs post-zostériennes atteint près de 40 % chez la personne âgée
Physiopathologie
Le virus VZV, après la guérison de la varicelle, reste quiescent dans les ganglions nerveux, sans s'intégrer aux chromosomes hôtes. Le plus souvent à l'occasion d'une baisse de l'immunité (âge avancé, mononucléose, simple stress, SIDA déclaré, certains cancers, etc.), le virus se réactive dans un ou plusieurs ganglions nerveux. De là, il remonte par les fibres nerveuses jusqu'à la peau (ou les muqueuses selon les nerfs touchés), provoquant une éruption caractéristique de la varicelle. Cependant, à la différence de la varicelle, la topographie de l'éruption est limitée aux métamères des ganglions dans lesquels le virus s'est réactivé (c’est-à-dire dans une région de peau et/ou de muqueuse bien caractéristique, correspondant au territoire d'innervation du ou des nerfs correspondant aux ganglions nerveux infectés).
Les lésions microscopiques au niveau de la peau sont identiques à celles de la varicelle (présences de cellules géantes multinucléées avec infiltration de mononucléaires). Le diagnostic étant habituellement aisé, une analyse histologique n'est en général pas nécessaire
Signes cliniques
Les trois principales formes de zona sont la forme intercostale, notable par sa fréquence, et les formes ophtalmique et otitique, remarquables par le risque important de complications.

Formes habituelles[modifier]

Contrairement à la varicelle où le prurit est prédominant, le zona est plus souvent marqué par des douleurs, pouvant même se montrer invalidantes dans les territoires atteints (territoire radiculaire), même après la guérison : on parle alors de douleurs post zostériennes, qui sont à classer dans les douleurs de type neurologique (douleur de désafférentation). Les douleurs sont aussi décrites comme une sensation de brûlure.
Tout comme pour la varicelle, les lésions apparaissent par poussées successives, mais limitées au territoire sensitif touché (topographie radiculaire dans le territoire du ganglion sensitif où la réactivation du virus s'est produite) : il en résulte ainsi des lésions d'âges différents, mélangeant ainsi des microvésicules, vésicules et pustules avec des croûtes sur des placards érythémateux. Ces vésicules ont des parois flasques et se remplissent d'un liquide purulent. Les croûtes tombent au bout de sept jours.
Le cas le plus fréquent est celui du zona intercostal, qui correspond à la réactivation du VZV au niveau d'un ganglion sensitif d'un nerf intercostal. Il arrive que plusieurs racines nerveuses soient touchées simultanément. Citons aussi les territoires abdomino-lombaires et pelviens, ainsi que la région cervicale (territoire d'Arnold, C2 et C3) comme régulièrement touchés, avec palpation d'adénopathies satellites.

Zona ophtalmique[modifier]

Il représente environ 10 % des zonas. Le zona ophtalmique, en absence de soins, peut altérer la qualité de la vue en raison de l'atteinte de la cornée. La réactivation du virus a lieu au niveau du ganglion de Gasser et atteint le territoire sensitif de la branche V1 du nerf trijumeau, correspondant au nerf ophtalmique. L'éruption touche le front, le pourtour de l'œil (annexes de l'œil, paupières…) et la cornée, de façon unilatérale. L'atteinte cornéenne n'est pas visible par un examen direct, et nécessite un examen par lampe à fente et instillation d'un produit de coloration à la lumière bleue. Le diagnostic différentiel peut-être une atteinte herpétique, un érysipèle, une dacryocystite, un eczéma de paupière…
Les principales complications du zona ophtalmique sont :
  • la kératite (25 à 30 % des cas), dont la forme compliquée évolue vers l'opacification, la perforation et l'anesthésie de la cornée
  • l'uvéite, c'est-à-dire une atteinte de l'iris, pouvant se compliquer en glaucome
  • les atteintes de la rétine ou du nerf optique pouvant se compliquer en une baisse de l'acuité visuelle, voire en une cécité monoculaire
  • une névrite optique
  • une surinfection
Le traitement de cette forme de zona.

Zona otitique[modifier]

C'est une forme très particulière, due à la réactivation du VZV dans le ganglion géniculé et qui touche par conséquent le nerf facial (VIIe paire crânienne), un nerf essentiellement moteur avec donc un risque de paralysie faciale. Ce type de zona débute généralement par une douleur dans la région d'une oreille puis une éruption, inconstante, se produit dans le conduit auditif externe (correspondant à la zone de Ramsay-Hunt (seul territoire d'innervation sensitive cutanée du nerf facial). Il peut par ailleurs exister des acouphènes (perception de sons qui n'ont pas d'existence réelle) et des vertiges, ainsi qu'une baisse de l'audition. La classique paralysie faciale peut survenir dès le stade douloureux ou dans les jours suivant l'éruption, avec un risque de persistance, plus ou moins importante.
Le traitement de cette forme de zona.

Complications[modifier]

La majorité des atteintes par le zona sont tout à fait banales et guérissent spontanément, mais contrairement à la varicelle, le corps ne peut s'immuniser contre les récurrences sous forme de zona et la complication la plus fréquente est donc tout simplement la récidive (qui est cependant loin d'être systématique).
Il peut cependant survenir des complications plus ou moins graves, dans l'immédiat ou ultérieurement.

Complications de la phase aiguë[modifier]

  • douleurs intenses,
  • surinfection locale (impétiginisation) et générale,
  • nécrose de la peau,
  • zona extensif chez l'immunodéprimé : l'éruption est plus accentuée avec des lésions bulleuses hémorragiques et nécrotiques, durée et étendue de l'éruption plus importantes. Les zonas ophtalmiques sont plus fréquents. Il existe parfois une dissémination au niveau des organes profonds, responsable d'une mortalité de 10 %.

Complications à distance[modifier]

  • douleurs post-zostériennes,
  • cicatrices inesthétiques,
  • baisse de l'acuité visuelle ou cécité (dans les suites d'un zona ophtalmique).
  • À la phase aiguë[modifier] Des sensations de brûlure peuvent apparaître.

    Traitement symptomatique[modifier]

    Le traitement du zona est en général purement symptomatique :

    Traitement antiviral, réservé à des cas particuliers[modifier]

    Le traitement antiviral, qui agit directement sur l'agent infectieux responsable du zona, est en théorie réservé aux cas pour lesquels des complications sont à craindre. Cela concerne donc essentiellement les patients immunodéprimés et la forme ophtalmique du zona.
    Quand il est indiqué, le traitement doit être mis en route le plus précocement possible.
    Les molécules disponibles susceptibles d'êtres actives sur le VZV sont l'aciclovir (Zovirax®), le valaciclovir (Zelitrex®) et le famciclovir (Oravir®).
    Chez le patient immunodéprimé[modifier]
    Le traitement antiviral est systématique, faisant classiquement appel à l'aciclovir par voie intraveineuse, au minimum une semaine. Le valaciclovir et le famciclovir par voie orale sont parfois utilisés.
    L'efficacité du traitement étant plus marquée s'il est débuté dans les trois premiers jours, l'idéal serait qu'un patient immunodéprimé connaisse les premiers signes d'apparition du zona, afin de démarrer le traitement le plus précocement possible.
    Traitement du zona ophtalmique[modifier]
    Le traitement antiviral est systématique. L'aciclovir ou le valaciclovir, utilisés par voie orale sur une durée d'au moins une semaine, sont indiqués pour éviter les complications oculaires.
    Le zona ophtalmique doit être systématiquement pris en charge en urgence par un spécialiste, qui jugera de l'opportunité de traitement complémentaire (aciclovir en pommade opthalmique, corticothérapie locale et/ou générale) selon le type d'atteinte oculaire.
    Les corticoïdes sont formellement contre-indiqués car susceptible de provoquer une flambée de la maladie.
    Traitement du zona otitique[modifier]
    Là encore, du fait du risque de persistance d'une paralysie faciale, le traitement antiviral est systématique. Malgré ce traitement, le risque persiste cependant. À noter que la corticothérapie est contre-indiquée pour certains en début de traitement[3].
    Chez le patient immunocompétent[modifier]
    Le traitement antiviral est proposé aux sujets de plus de 50 ans, pour prévenir les douleurs post zostériennes plus fréquentes à partir de cet âge. Il fait appel au valaciclovir ou au famciclovir par voie orale pendant 7 jours.
    Chez l'adulte de moins de 50 ans, et dans le même but, certains proposent aussi le même traitement en cas d'éruption très floride, ou de douleurs intenses lors de la phase prodromique ou de la phase éruptive. En France, le traitement antiviral du zona chez les sujets immunocompétents de moins de 50 ans ne fait pas l'objet d'une prise en charge par l'Assurance maladie.

    À distance : problème des douleurs post zostériennes[modifier]

    Les principales molécules utilisées, outre les antalgiques usuels, sont l'amitriptyline (Laroxyl® Elavil®), la gabapentine (Neurontin®) et la carbamazépine (Tegretol®). L'amitriptyline entraine une diminution de moitié de l'intensité des douleurs chez 50% des patients, avec une moindre fréquence des paroxysmes douloureux.
    Il existe aussi des traitements faisant appel à des techniques physiques, comme la neurostimulation transcutanée, ou l'injection intrathécale hebdomadaire de méthylprednisolone + lidocaïne.

    Prévention[modifier]

    Le vaccin habituel contre la varicelle chez le nourrisson n'a pas démontré actuellement une efficacité sur la prévention du zona (essentiellement en raison du manque de recul, la vaccination ayant lieu dans l'enfance et le zona survenant après la soixantaine).
    Un vaccin contre le zona, plus fortement dosé et proche de celui utilisé pour les enfants contre la varicelle, est en cours de développement. Destiné à être injecté chez la personne âgée, il permet de diminuer de près de 50 % le risque de développer un zona, et de 65 % la survenue des douleurs post-zostériennes[4]. Cette efficacité diminue cependant avec l'âge.
    La vaccination n'est logiquement pas recommandée chez la personne immunodéprimée, alors que le risque d'infection par le virus est réel. En cas de greffe de moelle ou chez les malades du sida, l'aciclovir en traitement continue est une prévention possible et démontrée.

    Contagiosité[modifier]

    Étant donné que les vésicules et les croûtes du zona, de la même façon que celles de la varicelle, contiennent le VZV, il existe un risque contagieux pour les personnes non immunisées (c’est-à-dire celles qui n'ont jamais contracté la varicelle et non vaccinés) : ces personnes peuvent alors développer une varicelle (et non un zona qui est une réactivation interne d'une varicelle ancienne). Pour un malade atteint du zona, les personnes à éviter sont donc les très jeunes enfants et les femmes enceintes, ainsi que les personnes immuno-déprimées chez qui une varicelle pourrait avoir de graves conséquences.

    Notes et références

    1. a et b DW Kimberlin, RJ Whitley, Varicella–zoster vaccine for the prevention of herpes zoster [archive], New Eng J Med, 2007;356:1338-1343
    2. Voir la « 11ème conférence de consensus en thérapeutique anti infectieuse de la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française (SPILF) : Prise en charge des infections à VZV » [archive] : Méd Mal Infect. 1998 ; 28: 1-8
    3. « Neurologie » par Nicolas Danziger et Sonia Alamowitch ; collection Med-Line.
    4. MN Oxman, MJ Levin , GR Johnson et al. A vaccine to prevent herpes zoster and postherpetic neuralgia in older adults [archive], N Engl J Med 2005;352:2271-2284

.

SABON

Concerts

VenueKings.com

Find Tickets for The Eagles at VenueKings.com! The Best Event Tickets in the Nation!

Get Fleetwood Mac Concert Tickets at VenueKings.com!